jeudi 18 août 2016

ROMAN FRANÇAIS : Fratricides

Deux combats fratricides et sanglants s'entremêlent dans ce brillant roman : celui des deux Amériques de la guerre de Sécession, et celui de deux fils qu'un père a de tout temps voulu opposer…

Il y a beaucoup de morts dans Sécessions, beaucoup d'affrontements, de combats et de sang, et bien peu d'amour. Il n'y a que des déchirures, des rivalités, des haines, des trahisons. La première, c'est celle d'Elijah, qui tue son frère après avoir couché avec sa femme et lui avoir fait un enfant. Nous sommes à Savannah en 1840, dans l'élégant Vieux Sud de la toute jeune démocratie américaine. Un autre combat fratricide viendra bientôt, plus sanglant encore — et Olivier Sebban va le raconter avec une puissance romanesque assez impressionnante : la guerre de Sécession qui, en particulier sur la question de l'esclavage, va opposer quatre ans durant (de 1861 à 1865) le Nord et le Sud des Etats-Unis. Sécessions (on notera le pluriel du titre) est un roman ample et exigeant, une véritable tragédie grecque au cœur des champs de coton. Le Sud n'est pourtant pas le seul décor de cette histoire. On y suit en effet la fuite d'Elijah loin de son père et du lieu de son crime, dans ce New York où il pense se réinventer, puis à Chicago. Le récit entremêle les époques, passe d'un personnage à l'autre, d'Elijah à Isaac notamment, son fils adultérin qu'il n'a jamais vu et qui s'engage dans l'armée sudiste, comme l'annonce d'un nouveau drame… Quatrième roman d'Olivier Sebban, Sécessions nous embarque dans sa course folle au gré d'une langue riche et violente.

Olivier Sebban, Sécessions, éd. Rivages, 20 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire