lundi 13 juin 2016

ROMAN FRANCOPHONE : L'exil au cœur

Six ans après son prix RTL-Lire pour le magnifique , Kim Thuy revient dans son nouveau roman sur le thème de l'exil et des racines. Une nouvelle merveille.

Quand on entend le titre du nouveau roman de Kim Thuy, on entend "vie". Et puis on lit, et c'est de "Vi" qu'il s'agit. Vi comme minuscule en vietnamien. Et vie comme immense. Vi, c'est le prénom de l'héroïne de ce court livre, et la vie que l'on découvre, c'est la sienne, celle d'une petite fille née au Vietnam, pays qu'elle a fui avec sa mère pendant la guerre pour venir s'installer au Québec. Cette histoire d'une enfant des boat people, la sienne en grande partie, Kim Thuy l'a déjà racontée dans , son premier roman qui connut un beau succès en 2010. Ici, on suit Vi adolescente, étudiante à Montréal puis adulte, confrontée à la fois au mode de vie de sa culture d'adoption et à celle de ses origines, obligée d'apprendre peu à peu à se connaître, ou plutôt à se reconnaître dans ce grand écart. C'est grâce à l'amour pour Vincent, un Français travaillant au Vietnam, qu'elle parviendra à faire le chemin. Entre eux, on peut parler de coup de foudre même si la notion n'existe pas en vietnamien où l'on utilise cette si poétique formule pour le signifier : "Mon âme a été volée"… En brefs chapitres servis par son écriture douce et sensuelle, par petites touches et notations minuscules, Kim Thuy nous fait partager les rencontres, les déplacements et les évolutions de Vi. C'est donc bien l'exil qui se retrouve à nouveau au cœur de ce livre, l'exil et ses déchirements, l'exil et sa reconstruction, l'exil et l'envie de retrouver ses racines. On appréhende tout cela, très subtilement distillé, dans ce beau texte apaisé. 

Kim Thuy, Vi, éd. Liana levi, 14,50 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire