vendredi 29 avril 2016

ROMAN ETRANGER : Plaisirs d'amour…

Soie, Novecento, Mr Gwyn… L'Italien Alessandro Baricco s'est imposé de roman en pièce de théâtre comme l'un des auteurs favoris des lecteurs ces dernières années.  Séduisant, sensuel et très libre, La Jeune Epouse confirme cette place à part…

Elle n'a pas de nom. Pour parler de la future mariée qui donne son titre à son nouveau roman, Alessandro Baricco dit simplement La Jeune Epouse. A 18 ans, en cette fin de XIXè siècle, elle débarque d'Argentine pour rejoindre son promis en Italie. Mais il n'est pas là, en voyage en Angleterre, et tout le monde, dans sa drôle de future belle-famille  est surpris de la voir débarquer, le mariage arrangé ayant visiblement été oublié. La Jeune Epouse se coule pourtant dans les étranges habitudes de la grande maison, et devient l'objet de tous les désirs… Si le plaisir et la sensualité sont de toutes les pages de ce roman, ce n'est jamais sur un mode licencieux et encore moins vulgaire. Bien au contraire, ce récit initiatique libertin est de bout en bout terriblement élégant, tant dans le style que dans la construction. Peu à peu, en développant en parallèle à son intrigue une réflexion sur l'art d'écrire, la réalité de ce roman surprenant se dévoile, et c'est assez jouissif. Baricco confirme son talent assez hors du commun à inventer des histoires insolites et à les peupler de personnages savoureux — tous ici sont dotés d'une caractéristique très singulière. Il démontre aussi sa virtuosité à n'être jamais là où on l'attend et à explorer à chaque livre de nouvelles contrées romanesques. Car sous ses allures frivoles, La Jeune Epouse est un roman profond sur la création et l'amour, gorgé d'innombrables références littéraires. Un vrai bonheur.

Alessandro Baricco, La Jeune Epouse, éd. Gallimard, 19,50 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire