mardi 3 novembre 2015

ROMAN ETRANGER : Rédemption

L'Irlande verdoyante sert de cadre à ce roman dont le noir est la couleur dominante. Car c'est un drame que raconte ici Paul Lynch, avec un magnifique lyrisme. Le drame d'un homme qui essaie de retrouver sa place dans son pays d'origine…

1945. La guerre terminée, Barnabas Kane décide de quitter ce New York où il a trouvé refuge des années auparavant, pour rejoindre l'Irlande de son enfance. Il a 33 ans, une femme, un fils, et choisit de s'installer dans une ferme du Donegal, sa fascinante région natale au nord de l'Irlande. Sauf que rien ne va se passer comme il aurait pu l'imaginer. Ses voisins sont hostiles (on le traite de "faux-pays", autant dire de traître), le sort s'acharne (sa ferme brûle, une bonne part du troupeau trépasse dans l'incendie, comme un de ses employés), et le malheur rôde à chaque bout de la lande… Il n'y a guère d'espoir dans le second roman de Paul Lynch après le très célébré Un ciel rouge, le matin qui parlait déjà, sur un mode très différent, de l'émigration. Ses personnages y avancent inexorablement vers un destin tragique dont on n'imagine jamais qu'ils puissent y échapper. Cela pourrait être pesant pour le lecteur, étouffant, presque insupportable. Or le très grand talent de Lynch, c'est justement de ne pas se laisser enfermer dans cette noirceur, grâce en particulier à un style extrêmement brillant et lyrique, nourri des paysages, des décors, des lumières de ce pays qu'il connaît bien, dans sa rudesse et sa beauté indissociables. Roman tragique, roman d'une vengeance mais aussi roman d'une rédemption, La Neige noire est inoubliable.

Paul Lynch, La Neige noire, éd. Albin Michel, 20 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire