vendredi 28 août 2015

ROMAN FRANÇAIS : Un enfant attend

Sens, un soir de 1978. Sébastien Rongier plonge dans ses souvenirs auxquels une brasserie au pied de la cathédrale sert de décor. A l'intérieur, des habitués et quelques inconnus que le romancier observe avec attention…

C'est un très court roman que signe le Sénonais Sébastien Rongier. 140 pages à peine, mais un roman habité par de nombreux personnages qui prennent de plus en plus de consistance au fil du récit, de ces quelques heures que nous sommes invités à passer avec eux, attablés quelque part dans le bar de Max, au pied de la cathédrale, au côté de cet enfant qui attend et qui observe, de cet enfant dont on comprend vite qu'il a été abandonné là alors qu'il sirotait sa menthe à l'eau, de cet enfant patient avec ses figurines pour seule compagnie alors que les conversations se nouent et se dénouent aux autres tables. Cet enfant c'est le cœur de ce 78 à la construction éclatée et à l'écriture qui se plaît à ne dévoiler que progressivement ses secrets, de même que les clients du café ne se dévoilent que peu à peu. Il y a une femme solitaire et qui lit, une jeune fille qui a choisi de dire non à celui qui s'apprête à la demander en mariage, un alcoolo au bout du zinc, un viil homme qui caresse le fantôme de son chien, quatre militants d'extrême droite qui voudraient bien recruter le patron, ce Max taiseux derrière son comptoir… Toute une humanité qui prend corps, toute une époque qui reprend vie, à la fois très marquée (les chansons au juke box, la politique…) et intemporelle, toute une mémoire qui remonte à la surface : celle de l'enfant bien sûr, celle du romancier peut-être. On a parfois le cœur serré à regarder ce garçon seul au milieu de ce monde d'adultes, on se sent impuissant face à ce qui se trame discrètement autour d'un verre… Autant de sentiments contrastés que Sébastien Rongier fait surgir avec finesse et une belle sûreté de plume.

Sébastien Rongier, 78, éd. Fayard, 15 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire