vendredi 24 juillet 2015

ROMAN FRANCOPHONE : Elles deux

La publication des Désancrés marque la fin de quinze ans de silence pour son auteur, Marie-Thérèse Humbert. Entre la Louisiane et l'île imaginaire de Vésania, elle propose une vaste saga familiale se déroulant de 1918 et 1977. Un retour gagnant.

A l'autre bout de moi, son premier roman en 1979, avait valu à Marie-Thérèse Humbert le prix des lectrices de Elle. L'écrivaine, née sur l'île Maurice mais résidant en France depuis 1969, avait ensuite développé une œuvre riche et complexe, où l'identité, le double, les racines… jouent un rôle essentiel. Depuis quinze ans, silence. Et puis voilà Les Désancrés, roman foisonnant de plus de 600 pages, aux personnages multiples, aux intrigues nombreuses et brillamment imbriquées, au souffle puissant embrassant et mêlant les époques et les territoires. Deux femmes, deux héroïnes sont au centre de ce texte, Jane, riche héritière qui devient folle lorsque son mari la quitte, et Abigail, fille de la cuisinière noire devenue écrivain célèbre. Racisme, exil, construction de soi, métissage, quête, douleur de la perte, amitié, sororité… sont quelques-uns des thèmes qui s'entrecroisent ici avec une virtuosité très rare sous la plume d'une romancière au meilleur de son art, et dont toute l'œuvre mérite d'être redécouverte.

Marie-Thérèse Humbert, Les Désancrés, éd. Gallimard, 25 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire