mercredi 27 mai 2015

PREMIER ROMAN : On the road again

Les majestueuses Montagnes Rocheuses dévastées par de puissants incendies forment le décor de ce road trip, où un jeune homme se retrouve confronté, au fil de ses rencontres, aux secrets de sa famille… Un premier roman canadien noir, ambitieux, tragique et brillant.

Entre Alan, jeune homme un peu paumé dont la thèse et le couple vont à vau-l'eau, et Cecil, son grand père qui l'a élevé, il y a un chaînon manquant. Jack, fils de l'un, père de l'autre, perdu de vue depuis trente ans. C'est à sa recherche que va partir Jack, après un infarctus de Cecil, parce qu'il faut bien un jour tenter de renouer les fils du passé. Et c'est sur sa trace brouillée qu'il va faire des rencontres qui vont changer sa vie…  Pour son premier roman, le Canadien D.W. Wilson impressionne par son sens du récit, par son art de la composition et par la force d'une écriture qui sait tout à la fois être âpre et séduisante, poétique et rude. On y trouve ce type de phrases qui posent un style, une ambiance, un univers : "J'ai caressé une cicatrice sur ma joue, à peu près aussi longue qu'un canif et je me suis interrogé un instant sur les morts et les disparus." Dans Balistique, c'est un long et douloureux chemin vers son passé, son histoire, ses racines, qu'entreprend Alan West. Avec ce titre qui siffle comme une balle filant vers sa cible, c'est un coup de maître que signe D.W. Winston.

D.W. Wilson, Balistique, éd. de l'Olivier, 24 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire