dimanche 28 septembre 2014

ROMAN FRANÇAIS : La légende et la réalité

Sous-titré "Une histoire de Buffalo Bill Cody", le fulgurant dernier roman d'Eric Vuillard nous propose bien autre chose qu'une biographie du légendaire tueur de bisons. Entre portrait mélancolique d'un homme dépassé par son mythe et réflexion puissante sur le mensonge de la société du spectacle, Tristesse de la terre est une œuvre intense.

On connaît la formule inventée par John Ford, le grand maître du western, dans L'Homme qui tua Liberty Valance : "A l'ouest, quand la légende dépasse la réalité, on imprime la légende." Le héros du nouveau roman d'Eric Vuillard est une pure illustration de ce précepte, William Cody est perdu derrière Buffalo Bill, le mythe du grand guerrier a effacé la réalité d'un homme bien moins héroïque. Cet art de l'illusion, Buffalo Bill le prolonge en inventant le plus show du monde, le Wild West Show, spectacle grandiose qu'il va tourner dans le monde entier pendant des décennies devant des millions de spectateurs, réécrivant l'histoire de la conquête de l'Ouest, transformant les massacres d'Indiens en grandes victoires, métamorphosant les survivants en acteurs de leur propre déchéance, inventant ainsi d'innombrables légendes qui prennent, dans l'imaginaire collectif, la place de l'Histoire. Eric Vuillard décortique cela, met en lumière cette supercherie. Non pas en historien pointilleux ou en moralisateur. Mais en artiste qui saisit, en dix cours chapitres, la profonde mélancolie de cet homme (et celle encore plus absolue du chef indien Sitting Bull) qui ne fut jamais lui-même et qui inventa le monde qui est le nôtre : son Wild West Show exhibitionniste et cruel, que Vuillard décrit avec puissance, n'étant guère que le précurseur de la télé-réalité. Un grand livre.

Eric Vuillard, Tristesse de la terre, éd. Actes Sud, 18 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire