dimanche 28 septembre 2014

ROMAN ETRANGER : La tragédie de Mary

En écrivant à la première personne la triste histoire de la jeune Mary dans l'Angleterre rurale de 1831, Nell Leyshon réussit une sacrée prouesse littéraire en même temps qu'elle signe une véritable tragédie.

La vie de Mary n'est pas gaie et pourtant, il y a comme une sorte de gaité dans les premières pages de sa confession. On pense même, durant toute une partie de ce court roman saisissant, qu'elle va s'en sortir, qu'elle va parvenir à se hisser hors de sa condition misérable, qu'elle va échapper à son destin. Et puis non. Cela n'aura été qu'une rémission, qu'un faux espoir. Mary, quatrième fille d'un fermier violent et d'une mère insensible, Mary et sa patte folle qui l'empêche de faire les travaux les plus rudes, Mary à l'esprit vif et à la langue bien pendue, Mary, 15 ans, est vouée au malheur. Elle a pourtant appris à lire et découvert les bonnes manières lorsqu'elle est placée, contre de l'argent, chez le pasteur du village, pour s'occuper de son épouse malade. Mais la bonne dame meurt et tout bascule à nouveau… Nell Leyshon est parvenu avec beaucoup d'habileté à inventer la langue de Mary, bousculant les mots, l'orthographe, la ponctuation pour faire ressentir, presque de l'intérieur, ce que cette jeune fille du XIXè siècle a pu ressentir. C'est très simple. C'est très juste. C'est complètement bouleversant. On n'est pas prêt d'oublier Mary.

Nell Leyshon, La Couleur du lait, éd. Phébus, 17 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire