dimanche 28 septembre 2014

PREMIER ROMAN : Noir profond

Pour son premier roman, Samuel W. Gailey a choisi le noir très profond. Car au cœur de l'hiver, dans une petite ville paumée de Pennsylvanie, la mort d'une serveuse de bar va déchaîner les passions…

On pourrait penser que 24 heures ce n'est pas grand chose. C'est pourtant suffisant pour bouleverser des vies et toute une petite communauté. 24 heures, c'est la durée de ce roman extra-noir au cours duquel on découvre le cadavre de Mindy et où Danny, le géant simple d'esprit dont elle était la seule amie, devient le coupable idéal pour le fort peu sympathique adjoint du vieux shérif… Deep Winter pourrait se résumer ainsi, on n'aurait pas dit grand chose pour autant de ce récit tendu, de cette tragédie chez les rednecks,  que Samuel W. Gailey a situé au milieu de nulle part, dans cette bourgade de Wyalusing qui est aussi sa ville natale. C'est dire à quel point ce premier roman à l'atmosphère lourde est nourri de réalité, et combien les nombreux personnages dont l'auteur fait alterner les points de vue sont inspirés de ceux qu'il a connus. Cela donne une vraie force à ce texte haletant où le suspense règne en même temps qu'une violence toujours prête à exploser. Excellent portraitiste, Gailey dessine au fil des rebondissements des personnages hauts en couleurs et toujours au bord de la rupture, au premier rang desquels Danny, qui n'est pas sans faire penser au Lenny du Des souris et des hommes de John Steinbeck. Ce n'est pas un mince compliment…

Samuel W. Gailey, Deep Winter, éd. Gallmeister, 23, 40 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire