samedi 30 août 2014

ROMAN ETRANGER : Au rythme du Mississippi

La Nouvelle Orléans, années 20. Une fillette est enlevée, un homme la recherche… Tim Gautreaux nous entraîne au fil du Mississippi dans une virée intense et colorée où il fait se croiser de grands thèmes (la culpabilité, la vengeance, les liens familiaux…) en inventant un personnage inoubliable et ballotté par le destin.

Il y a du jazz, le Mississippi et ses bateaux à aube. Il y a une fillette disparue et un homme, Sam  Simoneaux, qui la recherche le long du fleuve sur un de ces dancing flottants, l'Ambassador, dont les couches de peinture successives masquent de plus en plus mal la décrépitude. Il y a beaucoup d'autres choses dans ce foisonnant roman d'un auteur américain dont Le Dernier Arbre, l'an dernier, avait impressionné. On retrouve ce même talent narratif ici, cette même puissance à tracer des destins bousculés par leur temps, cette même manière d'empoigner ses personnages pour leur donner une densité stupéfiante. C'est le cas de Sam, qu'on n'oubliera pas de sitôt, Sam le rescapé qui a échappé, enfant, au massacre de sa famille, qui échappe également à la boucherie de la Première Guerre mondiale en débarquant à Saint-Nazaire le… 11 novembre 1918, Sam qui a réussi à décrocher un beau poste dans un grand magasin de la Nouvelle Orléans, Sam aussi qui a perdu un fils, et qui va se jeter à corps perdu à la recherche d'une fillette enlevée dans son magasin, et dont la piste le mène au fil du Mississippi… Le poids du passé, les liens du sang, le remords, la douleur, la vengeance, la rédemption, les mondes qui s'achèvent, etc. Le roman de Tim Gautreaux est riche de ces thèmes essentiels que l'auteur brasse dans une prose qui nous emporte avec la puissance du fleuve.

Tim Gautreaux, Nos disparus, éd. Seuil, 23 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire