samedi 26 juillet 2014

ROMAN ETRANGER : So british !

C'est à la rencontre d'une Grande-Bretagne hors du temps que nous convie Julian Fellowes dans ce roman savoureux et nostalgique : celle de la gentry, des manoirs et des très chics bals des débutantes. Et pourtant, tout cela se passe en 1968… Un régal !

Si on aime l'Angleterre éternelle, avec ses classes sociales si marquées, ses immenses demeures à la campagne, ses grandes écoles, ses codes aristocratiques d'un autre temps… on aime forcément Julian Fellowes. Car l'auteur de ce Passé imparfait qui n'est que son second roman (le premier s'appelait Snobs…) est aussi le scénariste d'un film racontant avec délices ces milieux huppés (Gosford Park) et surtout d'une série dont le succès mondial traduit bien la fascination pour ce mode de vie : Downtown Abbey. S'il connaît si bien ce monde, c'est parce qu'il en est lui-même issu et que, s'il a rompu il y a longtemps les amarres pour préférer les milieux culturels, il lui reste tout de même charnellement attaché. Autant dire que cela se ressent délicieusement dans Passé imparfait dont on distingue sans trop de peine, derrière l'intrigue, les échos autobiographiques de l'ex de Cambridge qu'est Fellowes, qui porte par ailleurs le titre de baron… C'est donc tout cela qui sert de décor à ce roman où le narrateur est recontacté par un ancien ami de ses années d'études qui, malade, le charge de trouver la trace de sa possible héritière, une enfant qu'il aurait eu en 1968 avec l'une de ses maîtresses… mais laquelle ? Cette quête permet à Fellowes de multiplier les portraits de ces jeunes gens pas du tout dans le vent et de ce qu'ils sont devenus et de raconter avec malice et une certaine dose de nostalgie cette haute société sur le point d'être engloutie par la modernité… Un bonheur de chaque instant.

Julian Fellowes, Passé imparfait, éd. Sonatine, 22 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire