dimanche 18 mai 2014

WESTERN : Une femme et un homme

Alors que vient de sortir au cinéma la belle adaptation par Tommy Lee Jones de ce Homesman, il faut d'abord et surtout lire ce western singulier porté par une figure féminine inoubliable.

Dernier roman de Glendon Swarthout, publié aux Etats-Unis en 1988, quatre ans avant la mort de son auteur, Homesman permet de découvrir l'univers crépusculaire de cet auteur de l'Ouest américain dont Gallmeister avait déjà édité, dans sa collection de poche, le formidable Tireur. Ici, au centre de ce monde de la conquête de l'Ouest, en ce milieu de XIXè siècle où les territoires hostiles abondent, on trouve une femme, Mary Bee Cuddy. Pas une belle de saloon, oh non, pas une jeune aventurière intrépide, loin de là, mais une ancienne institutrice à la morale revêche, à la détermination totale et au courage farouche. C'est à elle, Mary Bee, qu'incombe une drôle de mission : ramener vers l'Est et la civilisation quatre femmes rendues folles par la dureté de leur existence dans ce monde sauvage. Elle va s'y employer, avec l'aide inattendue et parfois difficile d'un bandit vieillissant… Le livre est tout entier porté par cette conjugaison qui est aussi une confrontation de caractères, mais il n'est pas que cela : gorgé de paysages grandioses et de tourments météorologiques, il est aussi une réflexion désabusée sur le rêve américain, sur la place des femmes dans l'histoire, et sur la nature humaine. Remarquable.

Glendon Swarthout, Homesman, éd. Gallmeister, 23,10 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire