dimanche 25 mai 2014

PREMIER ROMAN : Ça fait du bien !

Envie d'un livre qui allie légèreté, bonne humeur, intelligence et originalité ? Précipitez-vous sur le premier roman de Jean-Paul Didierlaurent : son Liseur du 6h27 en est un délicieux concentré…

On ignore souvent, quand on ne travaille pas dans les milieux de l'édition, le sort des livres invendus, sort tragique pour tous les amoureux de la lecture puisque ces mal-aimés sont envoyés au pilon, machine qui les broie, les malaxe et les transforme en pâte à papier. Le pilon, c'est là où travaille Guylain Vignolles, jeune homme solitaire et mélancolique, qui, chaque matin, dans le RER de 6h27 qui l'emmène sur son lieu de travail, lit à haute voix des pages arrachées à des livres inconnus promis à la destruction. Pendant quelques instants, cet homme discret, presque invisible, devient le centre de l'attention car les autres voyageurs l'écoutent, l'encouragent même… Jean-Paul Didierlaurent dessine avec finesse le portrait très attachant de son drôle de héros, cet amoureux des livres qui les détruit professionnellement et les fait revivre un instant dans les transports en commun. Par le hasard de la découverte d'une clé USB contenant le journal d'une inconnue, Guylain va se lancer dans une curieuse romance avec une "dame-pipi". Les autres habitants de ce roman sont tout aussi joliment croqués par l'auteur, avec humour et empathie, tendresse et optimisme. Car voilà bien le secret de ce livre délicieux : son inaltérable optimisme, sa foi dans l'homme, sa confiance dans la solidarité. Un feel good book, comme on dit en anglais. Un livre qui fait du bien en somme.

Jean-Paul Didierlaurent, Le Liseur du 6h27, éd. Au Diable Vauvert, 16 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire