lundi 13 janvier 2014

ROMAN ETRANGER : Une femme libre

Découverte déjà grâce à un magnifique portrait de femme dans La Jeune Fille à la perle, l'Américaine Tracy Chevalier confirme ce talent sensible à travers le parcours d'Honor Bright, l'héroïne bouleversante de La Dernière Fugitive : une jeune anglaise qui, en 1850, traverse l'Atlantique et va découvrir l'Amérique de l'esclavage…

Honor a une passion : fabriquer des quilts, ces édredons assemblant de multiples morceaux de tissu qui, tous, renvoient à un souvenir. Ce art oublié offre quelques-unes des plus belles pages de ce roman à la documentation aussi riche que jamais étouffante. Le destin de la timide Honor tel que le raconte avec finesse le roman de Tracy Chevalier ressemble lui aussi à un de ces quilts : des rencontres de la jeune femme, de ses pertes, de ses expériences souvent douloureuses, on voit peu à peu émerger un magnifique portrait de femme, infiniment complexe et subtile, fragile et courageuse, soumise et rebelle. L'écriture classique et précise de Tracy Chevalier est un merveilleux écrin pour mettre en valeur le si étonnant parcours de Honor, jeune quaker anglaise perdue dans un pays inconnu. Elle s'y heurte à la mort (celle de sa sœur, venue ici pour se marier), à l'injustice (les esclaves sont pourchassés), au conformisme, à la solitude, au désir impossible, aux amitiés inattendues et surtout à sa conscience qui va la guider dans chacun de ses actes. Car La Dernière Fugitive est un grand roman moral, au sens noble du terme, un roman d'espoir et d'humanité dont l'héroïne inoubliable porte comme un étendard son prénom : Honor.

Tracy Chevalier, La Dernière Fugitive, éd. Quai Voltaire, 22 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire