lundi 23 septembre 2013

ROMAN ETRANGER : Une œuvre parfaite


C'est un grand roman américain que réussit merveilleusement Richard Ford. Le roman d'initiation d'un jeune garçon, Dell, livré à lui-même à l'âge de 15 ans et qui, cinquante ans plus tard, se souvient. Le roman d'une famille, les Parsons, brisée par un cambriolage rocambolesque. Le roman d'un pays aussi, les Etats-Unis et ses petites villes, que le narrateur fuit pour le voisin, ce mystérieux Canada qui donne son titre au livre…


Construit en deux parties — les péripéties qui ont abouti à ce que les parents si mal assortis de Dell tentent un improbable casse dans une banque, puis l'exil au Canada du jeune garçon qui y rencontre un homme fascinant et dangereux et prend sa vie en mains —, Canada est d'abord une merveille littéraire. On est ébloui par la sensibilité avec laquelle Richard Ford raconte cette histoire, saisissant à la fois l'espace américain dans toute son ampleur et l'intimité de son jeune narrateur jusque dans ses moindres frémissements. On aura compris que Canada n'est pas vraiment un roman d'action même s'il s'y passe de multiples événements : un vol, des crimes, une fuite, un passage clandestin de frontière, des bagarres… C'est bien plutôt un récit d'apprentissage, une réflexion sur la vie, sur la construction de soi et, plus que tout, sur la quête éperdue du bonheur : "On essaie, comme disait ma sœur. On essaie, tous autant que nous sommes. On essaie." Ce sont les dernières phrases de ce livre majestueux et touchant, souvent nostalgique et parfois drôle, peut-être le plus abouti d'un auteur majeur de la  littérature américaine (Une saison ardente, Indépendance, Rock Springs, etc.). Et c'est tout un programme…

Richard Ford, Canada, éditions de l'Olivier, 22,50 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire